Photos

 

 

L'Ange de l'Egalité

 

 

 

Jeanne sur son socle

 

 

La statue de Jeanne d'Arc
située sur la Place Arnold
à Strasbourg,
est l'œuvre du sculpteur Paul Dubois
et a été inaugurée le 14 juillet 1922.

Elle était à l'origine
Place de la République,
dans le Jardin du Palais du Rhin.

Cette statue fut brisée par les nazis en 1940.

Les éléments furent mis à l'abri
au Port du Rhin
durant toute la durée de la guerre
et furent ainsi sauvés de la fonte qui avait été prévue
par les occupants.

Après 1945, tous les morceaux,
et principalement la tête
ayant été récupérés,
la statue fut restaurée
et placée sur le parvis de l'Eglise St Maurice
où elle fut inaugurée solennellement
le 8 mai 1965.

Précisions fournies par M. G. Foessel,
Archiviste de la Ville de Strasbourg,
dans une lettre du 7 avril 1987.

Pourquoi avoir commencé
par la statue de Jeanne ?

Si l'on regarde un plan de Strasbourg,
il aurait, semble-t-il, été facile,
lors du rêve où je vole,
de me conduire
directement,
depuis le sommet de la Cathédrale de Strasbourg,
par une ligne droite,
à vol d'oiseau,
jusqu'à l'emplacement
choisi pour les trois statues,
au bord de l'Aar
et du Canal de la Marne au Rhin.
On m'aurait guidé,
en ligne droite,
au-dessus de l'Avenue de la Paix,
ou bien
au-dessus de la Synagogue de la Paix
pour arriver
jusqu'à l'esplanade où le rêve
me fait découvrir les trois statues
de grande dimension.

*

Il n'en a pas été ainsi.

Pourquoi donc le rêve
m'a-t-il fait commencer
mon parcours dans Strasbourg
par la Place Arnold et la statue de Jeanne ?

On pourrait dire,
je crois,
que Jeanne sur son cheval
et brandissant l'Epée
trouvée à Sainte-Catherine de Fierbois
pour délivrer Orléans,
faire sacrer le Roi
à Reims
et commencer à chasser l'envahisseur anglais
du sol français,
c'est le passé de la France.

Par contre,
la devise
Liberté, Egalité, Fraternité,
c'est le présent de la France.

Et trois grandes statues
représentant ces trois valeurs,
à Strasbourg,
capitale spirituelle et historique de l'Europe,
c'est l'avenir de la France.

Le rêve relie ainsi,
visiblement et avec force,
la France d'autrefois
et la France d'aujourd'hui et de demain.

Il y a aussi la belle histoire
des cheminots
et des ouvriers de la Résistance,
ceux qui croyaient au Ciel
et ceux qui n'y croyaient pas,
qui ont démonté et caché
la statue de Jeanne
au moment où l'occupant nazi
voulait récupérer le métal
pour en faire des canons.
Et elle a été ressortie de sa cachette
et remontée
à la Libération.

Rapprochement ainsi
entre
la Résistance contre l'envahisseur anglais,
au temps de Jeanne,
et la Résistance contre l'envahisseur nazi,
de 1940 à 1945.

C'est d'ailleurs après la victoire
contre les nazis
que la devise
Liberté, Egalité, Fraternité
est devenue universelle,
puisqu'elle est énoncée,
quasi terme pour terme,
dans l'Article Premier
de la Déclaration universelle
des Droits de l'Homme
de 1948 :
"Tous les êtres humains naissent libres et égaux
en dignité et en droits.
Ils sont doués de raison et de conscience
et doivent agir les uns envers les autres
dans un esprit de Fraternité".

Jeanne, si croyante,
est devenue patronne de la France entière.
En commençant par elle,
le rêve travaille
à la réconciliation
entre la devise de la France
et nos racines historiques chrétiennes
et bibliques.

En effet, la devise
Liberté, Egalité, Fraternité,
a été adoptée
à une époque
où le culte chrétien
avait été interdit dans notre Pays.

En faisant en sorte
que cette devise
soit célébrée
par trois Anges de grande taille,
trois Anges
qui sont en même temps,
mystérieusement,
les trois Anges apparus jadis
à Abraham
et à son épouse Sara
au Chêne de Mambré,
près d'Hébron,
le rêve
propose une réconciliation
de notre Pays
avec son héritage biblique.

Voilà pourquoi,
sans doute,
il fallait que ce rêve commence
par la statue de Jeanne,
à cheval
sur son socle
et brandissant l'Epée.

*

Qu'en dites-vous ?

Pour me répondre :

jac.atlan@orange.fr

 

 

Les trois Anges

 

 

 

 

Autres photos des lieux du rêve

 

 

Les lignes convergent vers la Cathédrale de Strasbourg,
cœur et centre de la ville.
Si maintenant, aidé d'un plan de ces quartiers,
tu tires un trait depuis la Cathédrale
jusqu'à l'Avenue de la Paix,
puis, à vol d'oiseau,
jusqu'aux bords du Canal de la Marne au Rhin,
tu parviendras,
en ligne droite,
jusqu'au site destiné à recevoir
les trois statues.

 

 

Si, à présent,
toujours depuis la Cathédrale,
tu passes d'un trait
au-dessus de la Synagogue de la Paix,
et que tu continues
en ligne droite,
à vol d'oiseau,
jusqu'au Canal de la Marne au Rhin,
tu parviendras au lieu
où se dressera
l'Ange de la Fraternité

 

 

Un pont fleuri au-dessus de l'Aar.
Un sentier qui longe les berges.
Longue promenade sur les rives de l'Aar,
où le tramway peut aussi te mener.

 

                

 

De là, dirige-toi vers le Parc de l'Aar,
toujours en longeant ses berges.


Tu parviendras jusqu'à une très belle écluse
et à petit pont
qui est au-dessus du Canal
de la Marne au Rhin.

Un peu avant d'arriver là,
lorsque tu es encore à hauteur du Stade de l'Aar,
regarde de l'autre côté de la rivière.
Là se situe l'espace
pour l'Ange de la Liberté,
puis
celui pour l'Ange de l'Egalité,
avec son beau Visage,
et dans sa main gauche,
deux minces Bâtons de Berger Céleste,
croisés.

*


Haut de page    Jeanne sur son socle     Les trois Anges    Autres photos des lieux du rêve    Page d'Accueil
                                                        IJeanne sur son socle        Les trois Anges        Autres photos des lieux du rêve

Dernières infos

Mars 2016

En France, tout le monde, ou presque, connaît l’admirable histoire de Jeanne d’Arc. Lorsqu’en 1431, elle a été détenue par les Anglais à Rouen, Gilles de Rais et La Hire, deux parmi ses plus fidèles compagnons d’armes, ont eu le projet de la faire évader de sa prison. Et si ces tentatives d’évasion avaient réussi ? Qu’est-ce que cela aurait changé dans notre Histoire ? C’est la réussite de ces tentatives orchestrées par Gilles de Rais, que raconte le roman de Jacques Atlan L’Évasion de Jeanne et ce qui s’ensuivit, un roman qui, en un sens, réactualise ici, en verticalité, l’idée même que nous nous faisons de notre pays.

Lucien Fabre, l’auteur du livre Jeanne d’Arc, paru en 1948 aux Éditions Jules Taillandier, encore dans les émotions et les expériences de la lutte contre l’occupant nazi pendant la Résistance, avait célébré et ressenti comme de l’intérieur la lutte de Jeanne en son temps contre l’occupant anglais.

Une question au lecteur attentif du roman de Jacques Atlan et du livre de Lucien Fabre : comment expliquer les multiples cas, complètement attestés par l’Histoire, où ce que Jeanne avait annoncé à l’avance autour d’elle est ensuite effectivement survenu ?

Pour avoir, peut-être, des nouvelles plus récentes au sujet de Jeanne, vous pouvez aller sur ce site et écouter un peu plus loin, sur RCF Méditerranée, le récit d’un rêve datant de février 1985 où intervient la statue de Jeanne d’Arc, située Place Arnold à Strasbourg, une Place et une statue dont Jacques Atlan ignorait absolument l’existence avant d’avoir fait ce rêve énigmatique qui relie comme en droite ligne, malgré les paradoxes,
la France au temps de Jeanne d’Arc et
la France de la devise Liberté, Égalité, Fraternité.