Robert Goxe

Secrétaire Général de la

 Chambre de Commerce et d'Industrie d'Angers

 

    Votre lettre et toutes les intéressantes précisions que vous me donnez ont retenu toute mon attention, et j'ai réfléchi à votre projet et aux démarches que vous voulez entreprendre maintenant pour hâter une prise en considération du projet.

    En ce qui concerne d'abord la  question que vous posez sur une possibilité d'aide par l'intermédiaire de la Chambre de Commerce et d'Industrie, je veux vous répondre très franchement que je n'en vois pas.

    C'est, en effet, une attitude constante de Bureau de la Chambre que de se déterminer négativement à l'égard des projets similaires relevant du Mécénat. Les Membres me disent, "nous nous déterminons individuellement en tant qu'entreprise, mais pas de sollicitation de la C.C.I. en la matière" ! "La Chambre de Commerce est faite pour un autre objet, exclusif" !

    D'autre part, je suis persuadé que, même si l'inventeur est angevin, c'est à Strasbourg que doit se constituer avec vous le noyau actif qui sera "porteur" du projet, par le biais de votre Association en voie de création. Il faut que Strasbourg et le Conseil de l'Europe y croient fermement et le fassent savoir pour entraîner ensuite des participations nombreuses.

    Dans ce sens, il n'est effectivement pas exclu que nous puissions intéresser ultérieurement nos villes jumelles d'Osnabrück, Haarlem et Pise.

    De mon côté, ayant des attaches avec la Fondation de France, je vais voir si cette Fondation a capacité à s'intéresser et à aider un tel projet.

 

Lettre du 2 octobre 2005