Robert Muller

Sous-Secrétaire Général pour la Commémoration

du 40ème anniversaire des Nations Unies

Auteur de "Au Bonheur, à la Paix, à l'Amour", Editions Pierron, 1985

 

   Votre lettre du 18 juin 1985 et votre plan de "Trois statues pour Strasbourg" vient de me parvenir. Je vous remercie très vivement pour votre aimable commentaire sur l'interview parue dans le N° 43 de "Renaître 2000".

  Votre idée de trois statues pour Strasbourg, à savoir Liberté, Egalité, Fraternité, serait tout à fait de mise étant donné qu'à l'heure actuelle un groupe de pays s'est approprié la liberté et un autre groupe l'égalité comme leur objectif et ils sont prêts à s'entretuer pour défendre ces deux principes. Ils ont laissé constamment de côté le troisième rêve de la Révolution française, à savoir la fraternité. Malheureusement, je suis tellement loin de Strasbourg que je n'y ai plus guère de contacts et ne vois aucun moyen pour faire avancer votre projet. Peut-être devriez-vous le soumettre au Maire de Strasbourg. Soyez assuré toutefois que je continuerai à préconiser une vision philosophique qui tienne compte de ces trois grands principes qui sont indispensables pour atteindre les trois objectifs qui font le titre de mon dernier ouvrage, paru en français. Le tout pourrait se résumer : "Liberté, Egalité, Fraternité, pour l'Amour, le Bonheur et la Paix".

Lettre du 29 août 1985